MARCOPHILIE DE SETE

CHAPITRE VIII - Marcophilie militaire de SETE (1870 - 1950) - 2ème Guerre mondiale : 1er Septembre 1939 / 2 Septembre 1945
DESIGNATION
IMAGES OU OBSERVATIONS
Jusqu'en Mai 1940 la situation est restée calme dans cette drôle de guerre. Les autorités militaires filtraient cependant certains courriers (lettre du 5/2/1940). (JA 132= marque de censure du bureau de Rennes).



Un bureau fictif n°2192 est créé pour masquer la provenance des courriers. Marque trés peu courante utilisée dans un premier temps à Sully sur Loire. Les dates extrêmes d'utilisation pourraient donner une idée de la rareté. (Actuellement, on connait 04-01-1940 au 09-02-1940)

Puis, en mars, lettre pour Bordeaux avec censure du bureau de Bordeaux (RA 269)



 Les réfugiés espagnols à Sete correspondaient sans trop de soucis, la censure n'étant encore instituée que de  l'autre côté de la frontière. Cette lettre date du 14 mai 1940.
censure 2192
 
censure refuge-esp
Cachet d'Intendance. Il apparaît ici qu'un magasin de réserve générale était géré à Sete. (Voir Mention manuscrite "Sergent M Marthe, Intendant du IRG Sete Herault" )
IRG signifiait alors Intendance Réserve Générale.
intendance
Cachet de franchise de la cantine militaire de la  SSBM en avril 1940. Il est fait mention d'un dépôt n° 8 de tirailleurs tunisiens. Unité jusqu'alors inconnue à Sete (On peut supposer que ce dépôt avait une relation avec le 16°RTT : voir lettre ci dessous).

Noter que ce même cachet a resservi durant la période de l'armistice avant l'occupation du midi de la France en 1942.
cantinearmee armistice
Cachet de franchise du Groupement Spécial des EOR. (Eleves Officiers de Réserve) en mai 1940. On sait que les EOR ont fuit ensuite vers l'Algérie (école de Cherchell) et formé une poche de résistance. Ils seront a la tête des troupes du débarquement de provence en Aout 1944.
eor
Il y eu ensuite la débâcle. Cette carte du 8 juin 1940 illustre bien la désorganisation et les urgences de la situation. Noter l'ouverture des mairies le dimanche rappelée dans le texte. La marque et la taxe "EXPRES" (qui signifie remise par porteur spécial et non express comme semble le croire l'expéditeur) sont très peu communes sur carte postale.
expres
Ici la 152/2 du génie en déroute à SETE le 27 Juillet 1940.
La censure était bien sûr en vigueur dans la zone non occupée et confiée aux "autorités de contrôle". Ici un cachet "contrôlé par l'autorité militaire" du bureau de Montpellier (code PA jusqu'en 1944).( Le bureau de Sète n'était pas encore ouvert) . Le libellé de ce cachet  devait disparaître rapidement car les allemands ne voulaient pas qu'il soit fait mention de forces militaires dans la zone libre.Ce cachet a donc perduré peu de temps après l'armistice. Ici sans doute une des dernières lettres connues avec le cachet militaire.De même la flamme Krag en arrivée devait devenir muette en Octobre 1940.

La lettre G est la marque du lecteur de la censure.

 

 

Le nouveau cachet "ouvert par les autorités de contrôle" a ensuite été utilisé au bureau de SÈTE (sous le code XL) jusqu'en 1944.

Ici une lettre en provenance de Barcelone (sans doute par voie maritime), avec censure espagnole de Barcelone + censure allemande + censure française contrôlée à SÈTE  et renvoyée sur Albi en 1943.

La lettre P est la marque du lecteur de la censure.

 

L'occupation allemande eut comme premier effet la suppression de toutes les flammes illustrées ou à texte. à SÈTE, 5 barres horizontales furent installées sur la KRAG. Ici sur une carte interzones.
La franchise est accordée aux lettres à destination des prisonniers de guerre. Cette carte formule voyageait ouverte, un simple rabat la fermait permettant à la censure d'ouvrir le courrier sans laisser de traces. Cette lettre n'a pu atteindre son destinataire et renvoyée avec la mention peut courante :
"LE DESTINATAIRE N'A PU ETRE ATTEINT./ ATTENDRE NOUVELLE ADRESSE"
prisonniers

De nombreux courriers ne parvinrent pas à destination. Ici un courrier pour le secteur  608 du levant. (16°  RTT) (22/7/1941)

Les troupes du 16° Régiment de Tirailleurs Tunisiens étaient déployées en Syrie pour maintien de l'ordre depuis une vingtaine d'années. Ce régiment fut dissous en 1943.

 

L'armée de l'armistice sur le sol métropolitain fut reconstituée à partir d'unités restantes, désarmées et démotorisées. La partie non occupée fut divisée en 16 régions dont celle de Montpellier (N°16). Les casernements furent affectés en fonction des troupes restantes après la débâcle. Le 8eme Régiment d'Infanterie fut en grande partie exterminé durant la campagne de France. Quelques éléments furent récupérés et intégrés à l'armée de l'armistice. Ici une des rares traces d'un survivant de l'extermination de ce régiment. L'armée de l'armistice fut dissoute sur l'ordre d'Hitler le 27 Novembre 1942.
La deuxieme carte porte la date du 23 Décembre 1942. Les militaires démobilisés utilisaient donc les cachets de vaguemestre pour obtenir la franchise malgré la dissolution... Curiosité....
1939armée armistice
Pli historique car expédié le 7 novembre 1942, vers Oran, le jour précédent le débarquement des américains sur les côtes nord-africaines.
Comme on peut le voir sur la carte empruntée à Wikipédia, la zone d'Oran fut immédiatement envahie. Cette opération dénommée "Opération Torch" a provoqué par voie de conséquence l'invasion de la zone non-occupée par les allemands inquiets d'un possible débarquement sur les côtes méditerranéennes (voir sujet suivant).
torch
torch

L'armée de l'armistice détacha un groupe de DCA sur le Mont St Clair. Les soldats français furent remplacés par des allemands peu après l'envahissement de la zone NONO (non occupée) décidée par les allemands le 11 Novembre 1942. Ici un témoignage de l'évacuation des soldats français.

En 1943, pas question d'échapper à la censure soit d'un côté soit de l'autre de la frontière. Ici une carte avec les 2 marques de censure. Dans le texte, il est fait mention de personnes non joignables à Sete. Cette carte datant de Décembre 1943, les allemands avaient vidé la ville de la plupart de ses occupants depuis le début 1943, en raison du caractere stratégique du port de Sete. censure
Je n'ai pas trouvé trace de ce groupement dans les casernements réguliers de SETE.  Il semble que ce groupement fut temporaire. Au vu de la date, il est possible que ce soit un détachement chargé de surveiller les prisonniers allemands chargés de déminer les plages et le port. infanterie

Les cartes de ravitaillement perdurèrent jusqu'en 1948. Pour éviter les fraudes, l'état-civil de la commune de naissance était consulté.

 

Dés la libération, les commissaires militaires de gare sont réinstallés. Ils sont chargés de faire fonctionner au mieux un réseau détruit à 80%. Le centre de ce cachet est toujours défectueux. Les cachets d'ambulants de mobilisation de1939 furent également réutilisés. (pénurie oblige...)
amb mob
Compagnie itinérante de garde de prisonniers de Guerre. A Sete, ils ont été surtout été utilisés au déminage des plages (dixit les anciens du club de la frite). Ces courriers sont rares.
Les dépôts de PG en Hérault après la 2 GM étaient :
N° dépôt Emplacement
Effectifs
161 Camp du Larzac (Aveyron 8000
162 Rivesaltes (Pyrénées Orientales) 12700
163 Camp du Larzac (La-Cavalerie) Aveyron 1600
164 Alès (Gard) 11200
165 Montpellier (Hérault) 7900
10TA Ajaccio 4800
La 452° compagnie pourrait être détachée de l'un de ces dépôts de la 16° région militaire.
Ces renseignements proviennent du blog de Jean Paul Louvet
pg
L'organisation des armées suite à la libération du pays se remet en place progressivement. Ici un document trés intéressant sur l'utilisation de la caserne de Sète comme base arrière logistique des forces armées stationnées en Algérie. Le pli qui semble être un recommandé militaire, dont le port par avion est revendiqué, nous informe par ailleurs que les relations aériennes civiles ont repris entre le continent et l'Afrique du Nord.

Autre témoignage des besoins de déminage sur les plages de Sète sur cette carte d' Août 1945.
"Pendant 2 jours la plage a été interdite"
"Un pêcheur ayant attrapé dans ses filets une mine, a tout" "abandonné à l'entrée du port près de la plage"
1945

GUERRE DE 1870 °°°°°°°°°°°°°°°GUERRE DE 1914 °°°°°°°°°°°°°°°°POSTE NAVALE °°°°°°°°°°°°°°°°HÔPITAUX MILITAIRES °°°°°°°°°°°°°°°°REFUGIES BELGES  de 1940°°°°°°°°°°°°TEMPS de PAIX°°°°°°°°°°°°°°°°°°RETOUR PAGE ACCUEIL